Ma rencontre avec le Chamanisme

En 2017, je me rends dans un salon de bien-être afin d’y trouver des ressources pour compléter mon travail en développement personnel entamé en 2014. C’est à ce moment que ma rencontre avec le chamanisme commence.
Attiré par les mondes invisibles, je participe à une conférence sur le chamanisme proposée ce jour-là. C’est pour moi une belle découverte de cet univers. Après la conférence, je rejoins le chaman à son stand afin d’en apprendre davantage sur le sujet. Je ressens là une voie vers laquelle je suis guidé depuis quelques semaines. Au fil de la discussion, il me parle des Tambours qu’ils confectionnent en groupe. J’ai envie de construire le mien et de vivre ce voyage chamanique dont il me parle, j’organise donc une date avec lui.

Chamanisme

La rencontre avec mon Tambour

En novembre 2017, je pars deux jours en stage pour confectionner ce Tambour. Le premier jour, je choisis un cercle en bois de hêtre, et avant de le protéger avec de la cire d’abeille, je me relie au règne végétal pour entrer en connexion avec cet arbre. Ensuite, le chaman étale les peaux au sol et je me laisse guider vers celle qui m’appelle. Pour moi, ce sera une peau de cerf. Je m’allonge dessus et le chaman nous emmène en voyage. C’est le moment de rencontrer l’animal et de recevoir les messages qu’il souhaite me transmettre. Le cerf s’approche de moi et m’explique qu’il sera à mes côtés dans un rôle de protection, de guidance pour moi-même et de guérisseur pour les personnes avec lesquelles je travaille.

Depuis la création de mon Tambour, je participe à des cérémonies chamaniques autour du feu afin de célébrer le cycle lunaire. Cela me permet d’être en reliance avec les trois règnes (végétal, animal et minéral). Une fois par an, je me joins à un groupe pour assister à une hutte à sudation. C’est un lieu symbolisant le cœur de la Terre Mère Gaïa. Nous montons un grand feu en ajoutant des pierres de volcans à chaque étage. Chaque participant dépose une intention dans sa pierre. Puis, nous rentrons dans la hutte et le gardien du feu pose au centre les pierres brûlantes, sur lesquelles le chaman verse de l’eau. La chaleur intérieure dépasse les 60 degrés et mon corps se libère progressivement par la transpiration durant les cinq heures de cérémonie. Le chaman guide la cérémonie afin d’aller dans son intériorité pour guérir ses blessures. Il permet de mettre en lumière et conscience le moment vécu.

Chamanisme

Ma relation avec le chamanisme

Dans mon quotidien, chaque jour, je suis dans la gratitude pour ce que la Terre Mère et le Père Ciel m’apportent. J’aime me promener en forêt, cela me permet de rester connecter à l’être divin que je suis. Chaque élément de la nature fait partie de moi, je suis une unité dans un Tout.
Je célèbre également les sabbats (les équinoxes, les solstices …) pour observer le cycle de la vie et des saisons. J’organise des cérémonies pour fêter ces étapes de l’année (remercier pour les récoltes, honorer les morts, fêter l’abondance et la fertilité …).
Aujourd’hui, dans ma pratique, je relie hypnose et chamanisme. Mes lectures sur le chamanisme m’ouvrent à de nouvelles connaissances et m’apportent des outils pour ma pratique professionnelle. Afin de guider vers le voyage intérieur, j’utilise le Tambour ou le carillon. Selon moi, ces deux pratiques sont complémentaires car elles engendrent toutes les deux un état de conscience modifiée. Cet état permet de rechercher les barrières intérieures qui limitent afin de libérer des comportements.

Chamanisme

« Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson.
Alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas. »
Tatanka Yotanka – Sitting Bull, guerrier sioux

Découvrez des voyages sonores au cœur de la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *